Acnusa
Augmenter la taille des polices Diminuer la taille des polices

Édito

Accueil > Édito

L’ACNUSA a publié ce lundi 13 mars 2017 son rapport annuel 2016, présentant un état des lieux des avancées et freins en matière de maîtrise des nuisances aéroportuaires, ainsi que des propositions et leviers d’action qui permettraient d’enregistrer des progrès en la matière.

Les recommandations de l’Autorité en cette année 2017 ont pris une résonnance particulière, en cette période électorale, qui constituent une opportunité de mener des actes politiques forts à l’attention des populations riveraines des aéroports – rappelons que 6,5 à 7 millions de personnes sont aujourd’hui survolées plusieurs fois par jour par des avions évoluant à moins de 2 000 mètres au-dessus du sol.

Sa demande récurrente, afin de réduire significativement les nuisances nocturnes, de limiter les aéronefs autorisés à ceux dont la marge acoustique cumulée est d’au moins 13 EPNdB a été cette année modifiée au vu de l’expérience acquise sur certains aéroports : elle ne couvre plus la seule période dite du « cœur de nuit » (soit minuit – 5 heures) mais a été élargie à une plage de 23 h 30 à 6 heures du matin, ce qui permet de mieux protéger le repos des riverains.

Au-delà de cette mesure symbolique, le rapport contient plusieurs autres propositions telles le rachat par les aéroports des immeubles d’habitation en zones les plus exposées au bruit, l'accès à l’information pour les acquéreurs et locataires s’installant en zone de bruit aéroportuaire, le
renforcement du dispositif d’aide à l’insonorisation...

Victor Haïm
Président de l'ACNUSA