Acnusa
Augmenter la taille des polices Diminuer la taille des polices

Qu'est ce qu'un APU (Auxiliary Power Unit) ?

Accueil > Le saviez-vous ? > Les avions > Qu'est ce qu'un APU (Auxiliary Power Unit) ?

L’APU est un petit turboréacteur embarqué, situé en général à l’arrière du fuselage, qui permet à l’avion d’être autonome en escale pour l’air (compresseur haute pression) et l’électricité (génératrice courant alternatif 115 V 400 Hz). 
Sa petite taille permet l’utilisation d’un démarreur électrique 28 V continu pour sa  mise en route sans groupe de parc (GPU).

L’APU fournit :
• au sol, de l’air pour la mise en route des réacteurs et pour le système de climatisation, et de l’énergie électrique nécessaire à l’avion ;
• au décollage, le conditionnement d’air en soulageant les moteurs lorsque des  performances optimales sont requises ;
• en vol, un secours en énergie électrique et en conditionnement d’air.

L’utilisation des groupes auxiliaires de puissance (APU) embarqués à bord des aéronefs lors du stationnement et du roulage impacte la qualité de l’air locale et le niveau sonore à proximité de l’aéronef.

LES MOYENS DE SUBSTITUTION À L'APU

L’APU peut être substitué au sol par deux types d’appareils : un qui fournit l’électricité et l’autre qui assure le chauffage ou la climatisation de l’avion. 
Pour la fourniture d’électricité, il existe des moyens de substitution fixes appelés « 400 Hz » (câblage électrique intégré dans les passerelles ou positionné dans des galeries techniques enfouies dans les chaussées des aires de stationnement) et des moyens mobiles tels que les groupes électriques (GPU) – ground power unit. 
Pour la climatisation/chauffage, le PCA –  pre-conditioned air, intégré dans les passerelles ou positionné en sous-sol est une alternative « fixe » à l’utilisation de l’APU. Le groupe de conditionnement air (ACU), générateur d’air chaud basse pression (mobile), quant-à-lui, permet de réchauffer la cabine par prélèvement d’air sur les moteurs tournants.

LA PART DES ÉMISSIONS DE L’APU SUR LES AÉROPORTS EN ILE-DE-FRANCE 


Dans son bilan des émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre en Ile-de-France, Airparif (Bilan des émissions de polluants atmosphériques et de gaz à effet de serre en Ile-de-France pour l’année 2010 et historique 2000/2005, AIRPARIF, juillet 2013 ) a calculé, pour l’année 2010, la part des émissions liées aux APU et GPU (moyen de substitution mobile à l’APU et fournisseur d’électricité) sur les plateformes Paris – Charles-de- Gaulle et Paris – Orly.

Les résultats ont montré qu’en 2010, l’activité aéroportuaire –  en prenant compte les sources « avions », « APU/GPU » et « centrales thermiques » – a émis environ 6 000 tonnes de NOx et 1,6 Mtonnes de gaz à effet de serre ; les APU et GPU représentant respectivement  12 % et 17 % des émissions des plateformes. 

L'ARRÊTÉ APU


Les autorités françaises ont pris des dispositions afin de limiter les nuisances liées à l’utilisation du moteur auxiliaire de puissance. En Ile-de France, l’arrêté du 27 juillet 2012 est entré en vigueur le 28 octobre 2012 (avec un moratoire de six mois sur son application), réglementant l'utilisation des moyens permettant aux aéronefs de s'alimenter en énergie et climatisation-chauffage lors de l'escale, sur les aérodromes de Paris – Charles-de-Gaulle, Paris – Orly et Paris – Le Bourget.
Pour en savoir plus, consultez l’arrêté