Acnusa
Augmenter la taille des polices Diminuer la taille des polices
Actualités

Accueil > Actualités > L’aéroport de Nantes Atlantique : vers une réduction significative des nuisances sonores

L’aéroport de Nantes Atlantique : vers une réduction significative des nuisances sonores

Le Journal officiel du 11 septembre 2018 a publié un arrêté pris par la ministre chargée des Transports Elisabeth Borne le 3 septembre dernier modifiant celui du 24 avril 2006 portant restriction d’exploitation de l’aéroport de Nantes Atlantique

Cet arrêté ministériel prendra effet le 31 mars 2019, de manière à laisser le temps nécessaire aux compagnies aériennes pour revoir la programmation de l’exploitation de leurs aéronefs.

Dès novembre 2016, l’ACNUSA a émis un avis favorable sur cet arrêté qui répond aux recommandations que l’Autorité porte depuis longtemps. En particulier :

• Les avions relevant du chapitre 3 présentant une marge acoustique cumulée inférieure à 13 Effective Perceived  Noise Decibel (EPNdB) seront interdits entre 23h01 et 6h00, aussi bien à l’atterrissage qu’au décollage ;

• Les avions relevant du chapitre 3 dont la marge acoustique cumulée est inférieure à 8 EPNdB, soit les plus bruyants de ce chapitre, seront définitivement interdits dès 22h30, le plancher étant porté à 8 EPNdB entre 22h30 et 23h00 ;

• L’heure finalement retenue pour définir l’atterrissage est celle du toucher des roues et non plus celle de l’arrivée au point ou sur l’aire de stationnement : cette définition étant beaucoup plus protectrice pour les riverains.

L’ACNUSA se félicite des améliorations significatives que cet arrêté ministériel apporte aux riverains de l’Aéroport de Nantes Atlantique.

L’ACNUSA invite l’ensemble de la communauté aéroportuaire de Nantes Atlantique (aéroport, services de la navigation aérienne, compagnies aériennes, assistants d’escale, administration) à  mettre en place une organisation permettant d’éviter tout manquement aux restrictions d’exploitation.

L’Autorité rappelle que le plafond d’amende encouru en cas d’infraction aux règles fixées par cet arrêté est de 40 000 € par manquement.