Acnusa
Augmenter la taille des polices Diminuer la taille des polices
Actualités

Accueil > Actualités > Publication des bilans acoustiques annuels 2020 des plateformes parisiennes de Charles-de-Gaulle, Orly et Le Bourget

Publication des bilans acoustiques annuels 2020 des plateformes parisiennes de Charles-de-Gaulle, Orly et Le Bourget

Le laboratoire du groupe Aéroports de Paris produit chaque année les bilans annuels de la situation des plateformes qu’il exploite en région parisienne. Ces bilans complets sont précieux. Ils permettent de suivre, année après année, l’exposition au bruit aérien des populations riveraines.

Ces documents fournissent, en sus des indicateurs acoustiques énergétiques et évènementielles pour chaque station de mesure du bruit, une analyse de l’évolution des types d’aéronefs en fonction de leurs performances acoustiques. Ainsi, les bilans 2020 permettent d’observer que :

  • Respectivement à Paris – Charles-de-Gaulle et Paris – Orly, seulement 27,9% et 17,8% des avions mesurés par les capteurs relèvent du chapitre 3 de l’OACI. Ce sont donc les seuls à pouvoir être réglementés en fonction de leur marge acoustique certifiée. Cette tendance démontre la nécessité de revoir les dispositifs de protection des riverains, d’une part en portant auprès de l’OACI le besoin de réglementer les aéronefs de chapitre 4, d’autre part en envisageant des restrictions nocturnes basées sur les niveaux acoustiques certifiés en complément des restrictions en marge acoustique ;

 

  • Respectivement à Paris – Charles-de-Gaulle et Paris – Orly, 94% et 96,7% des mouvements mesurés en 2020 sont opérés par des aéronefs de marge acoustique certifiée supérieure à 13 EPNdB, et ainsi placés dans la catégorie des « aéronefs les plus performants acoustiques » selon l’arrêté de classification acoustique des aéronefs en vigueur. Il en ressort deux enseignements. Premièrement, que l’introduction de restriction permettant de limiter l’usage des aéronefs de marge acoustique inférieure à 13 EPNdB n’est plus à la hauteur des enjeux. Deuxièmement que la classification acoustique française actuelle, qui permet notamment de percevoir la taxe sur les nuisances aériennes finançant le dispositif d’insonorisation, doit impérativement être revue ;

 

  • L’usage des aéronefs de nouvelle génération, réellement plus performants acoustiquement, a augmenté en 2020 : +4,1% d’A320Neo opérés à Paris – Orly, +68% d’Airbus A321Neo opérés à Paris – Charles-de-Gaulle par rapport à l’année précédente, et ce malgré la diminution nette du trafic aérien. La réduction du bruit à la source obtenue avec ces aéronefs est importante et le renouvellement des flottes doit être encouragé de manière à pouvoir sortir de flottes les aéronefs les moins performants.

 

Pour consulter les rapports annuels de ces trois plateformes : https://entrevoisins.groupeadp.fr/donnees/mesure-du-bruit/bilans