Acnusa
Augmenter la taille des polices Diminuer la taille des polices
Actualités

Accueil > Actualités > Retour sur la réunion thématique "Santé, bruit et qualité de l’air" organisée dans le cadre de la concertation préalable sur le projet de création du T4 à Paris – Charles-de-Gaulle

Retour sur la réunion thématique "Santé, bruit et qualité de l’air" organisée dans le cadre de la concertation préalable sur le projet de création du T4 à Paris – Charles-de-Gaulle

La réunion thématique « Santé, bruit et qualité de l’air » du 29 avril dernier a été l’occasion de présenter un état des lieux de la connaissance sur les émissions sonores et de polluants sur et autour de l'aéroport et de partager avec les médecins et les chercheurs les données scientifiques en lien avec ces nuisances et la santé.
Soulignant que l'augmentation des pollutions n'était pas une fatalité, Aéroports de Paris a fait part des orientations sur lesquelles ses agents travaillent pour réduire les émissions à la source.
Les équipes, y compris médicales, ont montré une grande attention aussi bien pour la santé des salariés des plateformes que pour celle des riverains.

Plusieurs participants ont demandé un réexamen des dispositifs de compensation afin de mieux répondre aux attentes et besoins des habitants des quartiers et villages les plus pauvres inscrits dans le périmètre des plans de gêne sonore. Il s'agit d'assurer la rénovation des logements, des établissements scolaires et des établissements sanitaires et sociaux pour lesquels aucun travaux d'insonorisation n’ont été réalisés et de mettre à niveau ceux qui ont fait l'objet de travaux il y a vingt ans ou plus.

L'Autorité de contrôle était représentée par Gilles Leblanc, président, Agnès Brion, membre du collège désignée sur proposition de la ministre de la Santé, et Nathalie Guitard, responsable du pôle technique qualité de l’air et milieux. Elle a rappelé la nécessité de prendre en compte les effets cumulés du trafic aérien des aéroports de Paris – Charles-de-Gaulle et de Paris – Le Bourget et a souligné les nuisances dues à la congestion routière sur tout le quart nord-est de l'Ile-de-France.

L'Autorité a souligné la priorité qu'elle donnait à la protection de la nuit. Elle entend exercer sur ce sujet un contrôle renforcé aussi bien sur les décollages que sur les atterrissages réalisés en infraction des règles fixées par arrêtés ministériels en 2003. L’enquête ouverte par l’ACNUSA à la suite des résultats des études sur l'IGMP2017 montrant une augmentation significative des atterrissages en « cœur de nuit » conduira, après avoir sensibilisé les opérateurs, à appeler au respect des règles fixées la nuit non pour des raisons de capacité pistes mais pour des raisons d'environnement et de santé.

La réunion a permis d'expliciter de nombreuses attentes relatives à la réduction de l'impact du développement aéroportuaire sur l'environnement et la santé. Les équipes d'Aéroports de Paris ont remercié tous les participants en indiquant explorer toutes les voies et les moyens pour amoindrir cet impact. L'Autorité de contrôle a indiqué recommander à l’État d’établir des valeurs à donner aux externalités des projets aéroportuaires. Il s'agit de permettre aux maitres d'ouvrage de projets aéroportuaires de réaliser sur des bases solides les volets socio-économiques des études d'impact soumises à enquêtes publiques. Le chiffrage des impacts sur l'environnement et la santé est essentiel pour assurer une approche équilibrée.

En conclusion, les deux garants désignés par la Commission Nationale du Débat Public ont souligné la qualité des échanges et indiqué en rendre compte dans leur rapport.