Acnusa
Augmenter la taille des polices Diminuer la taille des polices

Édito

Accueil > Édito

Le mot de Valérie Rozec

 

Membre du collège de l’ACNUSA depuis 2015, sur proposition de la ministre de l’écologie du développement durable et de l’énergie, en tant que personnalité compétente en matière de nuisances sonores, mon objectif premier au sein du collège est de rencontrer et d’être à l’écoute de toutes les parties prenantes du secteur aéroportuaire.

 

Une attention particulière aux grands enjeux auxquels les aéroports doivent faire face est essentielle pour, d’une part, émettre des avis et des recommandations afin de les accompagner dans la maîtrise et la réduction de leur impact environnemental, d’autre part, sanctionner les manquements à la réglementation par les compagnies aériennes sur les  plateformes pour lesquelles l’Autorité à des pouvoirs spéciaux.

Vous le savez, la perception de l’environnement sonore  est complexe et dépend de multiples facteurs individuels, sociaux et contextuels qui viennent moduler la gêne.

Il est indispensable de poursuivre les efforts de recherche pour bien comprendre la gêne des riverains qui ne peut se réduire qu’à un seul indicateur de bruit.

C’est ce que je m’attache à démontrer dans le cadre de mes fonctions, au Centre d’information sur le bruit, en menant des recherches et des études en psychologie de l’environnement. La croisement des enquêtes et des analyses menées en matière de bruit et de santé sont édifiantes.

En particulier, la protection des personnes sensibles (crèches, établissements scolaires et de santé) me semble primordial : dans son rapport annuel 2019 le collège, dont je suis membre, a recommandé aux collectivités maîtres d’ouvrage des bâtiments scolaires que  soient déplacés les écoles, les collèges et les lycées  situés dans les périmètres des plans de gêne sonore. Outre cela, nous préconisons également au ministère chargé du budget ainsi qu’au ministère chargé du transport que soit réévalué le montant de la ressource affectée à l’insonorisation des logements, des établissements scolaires et sanitaires afin de réaliser rapidement et de manière efficiente les travaux d’insonorisation.

Vous l’avez compris, renforcer les connaissances sur les impacts du bruit sur l’environnement et la santé et développer la prise en compte des moyens de protection pour réduire ces effets délétères sont au cœur de nos missions pour contribuer à l’amélioration de la qualité de vie des populations riveraines des aéroports.

Paris, le 23 juillet 2019

Valérie Rozec
Membre de l'Autorité