Publié le 23 novembre 2021 Modifié le 21 décembre 2021

L'aérodrome de Toussus-le-Noble accueille l'ACNUSA

L’ACNUSA a visité l’aérodrome de Toussus-le-Noble devenu provisoirement, du fait des mesures de confinement liées à la crise de Covid-19, le second aéroport en nombre de mouvements après celui de Paris - Charles-De-Gaulle en 2020.

L’Autorité de contrôle, représentée par Philippe Gabouleaud, secrétaire général, et Laure Poumarède, rapporteur permanent adjoint, a commencé sa visite par la tour de contrôle de la plateforme offrant un aperçu du site et des contraintes rencontrées par les aéronefs évoluant à hauteur de l’aérodrome.

Après la présentation des enjeux de la plateforme faite par Annelis Jensen, responsable des relations territoriales des plateformes ADP hors Charles-De-Gaulle et Orly, et Vanessa AUROY, maire de Toussus-le-Noble, la visite s’est poursuivie par la découverte du simulateur d’hélicoptère développé par l’école de pilotage Helixaero. Olivier Descharreaux, son président, a présenté l’intérêt de cet outil pour reporter une partie de la formation sur simulateur et ainsi réduire les nuisances sonores et atmosphériques émises sur la plateforme.

L’Autorité de contrôle s’est vu ensuite présenter deux avions Pipistrel Velis Electro loués par la Fédération Française d’Aéronautique, dont les moteurs électriques silencieux rappellent que le renouvellement de la flotte de l’aviation légère est un levier essentiel pour la réduction des nuisances. Cette présentation fut mise en relief par la rencontre avec Baptiste Guérin, directeur industriel de Turbotech, startup ayant pour objectifs le développement d’un moteur turbine pour l’aviation très légère - consommant 40% de carburant en moins qu’un moteur classique - et son hybridation avec le moteur type Pipistrel, afin d’augmenter l’autonomie des avions légers.

La visite s’est conclue par la présentation des missions de la Gendarmerie des Transports Aériens par l’adjudante-cheffe Céline Le-Quilleuc, commandante de la Brigade des Yvelines et de l’Eure-et-Loir, qui a expliqué la nature de ses missions à l’Autorité de contrôle.